2009 Pays de Galles

 https://goo.gl/photos/yHZPbZyy5NgjPdZu5

Middleton : National Botanic Garden

Le National Botanic Garden est situé dans la vallée de la Tywl, au lieu –dit Middleton. Cet endroit tire son nom de la famille Middleton, du Château Chirk près d’Oswestry, qui y construisit un manoir au début des années 1600. Le Hall Middleton fut vendu en 1776. Treize ans plus tard Guillaume Paxton rachète Middleton et commence sa transformation dans un parc aquatique… La propriété de Middleton,  a été entretenue par la famille Adams pendant quelques dizaines d’années après la mort de Paxton, puis elle est tombée en déclin au début du 20ème siècle.

L’idée de transformer l’ensemble en Jardin Botanique national du Pays de Galles est née de l’artiste gallois, Guillaume Wilkins. En 1978, un dossier a été monté pour restaurer le domaine et restituer une partie du parc au public. Le projet a été soutenu par de nombreux organismes. Sur les conseils du «Welsh Historic Gardens Trust», une demande a été faite à la Commission du Millénaire pour : « financer ce jardin botanique national qui est le premier recréé en Grande-Bretagne depuis 200 ans ».

Le Jardin a ouvert ses portes au public le 24 mai 2000 et a été inauguré officiellement par le Prince de Galles le 21 juillet 2000. La serre a été conçue par Norman Foster. Elle mesure 110 m de long. C’est la plus grande serre d’une seule travée existant au monde. Son dôme représente une superficie de 4500 m2. En juillet 2008, une nouvelle serre tropicale a été inaugurée, conçue par l’architecte New Yorkais John Belle.

schizanthus grahamii

 Talsarn : LLanllyr garden

C’est une propriété du XIX e siècle construite sur le site d’un monastère cistercien datant de 1180. Un vestige constitué d’un pilier comportant une inscription celtique se trouve encore dans le jardin. Le jardin, d’une superficie de 4 acres, a été créé dans les années 1830 et rénové et agrandi depuis 1986.

Il est composé de plusieurs zones thématiques : Un vaste étang, un jardin humide, un jardin formel italianisant, des buissons de roses et des bordures herbacées, un jardin sur gravier, des charmilles et un labyrinthe allégorique

Cloddiau : Rose Cottage garden

Ce jardin d’un acre de superficie (52 ares), exposé au sud, est installé dans une vallée. Un ruisseau (a brook) serpente au milieu du terrain, ce qui a permis d’aménager un «water garden» (jardin d’eau) Le cottage domine le jardin composé de trois bassins reliés par des cascades dans lesquels nagent des chevesnes et des perches. Une large bordure herbacée encercle la pelouse centrale. Près de la maison, une pièce d’eau formelle (lily pond) est plantée de nénuphars. Un pavillon d’été est installé à l’autre extrémité du bassin. Une prairie sauvage, un potager planté de légumes rares, un petit verger, une élégante serre et des pergolas composent un ensemble original. Des volailles parcourent le terrain.

au sud de Welshpool : Powys Castle garden

Le jardin est installé en contrebas du château, lui –même construit en briques roses, sur un promontoire. Le jardin historique en terrasses, de style italien, se trouve sur une pente abrupte et jouit d’un remarquable panorama. On y découvre aussi un jardin fleuri clos, un jardin boisé et une orangerie victorienne.  Il a été aménagé à la fin du XVIIe siècle par William Wind avec la participation d’un paysagiste français, Adrien Duval. A l’époque, les jardins des princes puis des comtes de Powis égalaient en splendeur les jardins italiens. C’est pourquoi Powis Castle était surnommé «  la villa d’Este du nord ».

Les terrasses sont dominées par des ifs monumentaux, vestiges des topiaires en pyramides et sphères de l’époque de la création du jardin, qui atteignent aujourd’hui des dimensions impressionnantes.

Après une période d’abandon, la propriété fut reprise en main par l’épouse du quatrième duc de Powis qui fit replanter les jardins à partir de 1911. Le National Trust en est propriétaire depuis 1952 et a poursuivi cette œuvre.

Wrexham : Chirk Garden

Chirk Castle, à la limite du pays de Galles, a été commencé en 1295. Le château était à l’origine une forteresse, dressée au sommet d’une colline et construite pour surveiller la frontière entre le Pays de Galles et l’Angleterre. Au fil des siècles, il a évolué pour devenir une demeure aristocratique. Chirk est le seul château anglais du XIIIe siècle au Pays de Galles qui n’a jamais été inoccupé depuis sa construction.

Pour leur taille, les jardins de Chirk sont exceptionnellement variés et bénéficient d’une très belle vue. Ils associent la formalité avec des zones plus fluides et naturelles vers le bas du jardin avec des parterres de fleurs bordés d’ifs impeccablement taillés et un jardin de roses exquis. Le château et le jardin se trouvent dans un parc XVIIIe qui contient de nombreux arbres adultes ainsi que des grilles en fer forgé très décoratives (l’un des joyaux de Chirk) réalisées en 1719 par Davies Brothers, de célèbres artisans locaux.

Ces jardins ont été récompensés par le prix “National Trust/Gordon’s Gin Gardens of the Year Award” en 1999.

au sud de Wrexham : Erddig Hall

La demeure a été construite entre 1684 et 1687 sous le règne de Jacques II. Les ailes sud et nord ont été ajoutées au XVIII e siècle, dans les années 1720. La propriété, qui appartenait à John Meller, décédé sans descendance directe en 1733, est passée à son neveu, Simon Yorke, et est restée ensuite en possession de la famille Yorke jusqu’en 1973, date à laquelle le National Trust en est devenu propriétaire.

Le walled garden (jardin clos) a été sauvé et restauré par le National Trust grâce à des archives historiques. Le jardin formel, bel exemple du style classique, est divisé en sections par des allées symétriques, des haies, des bassins et de larges pelouses. Au centre, un canal bordé de tilleuls attire l’œil vers des grilles en fer forgé décoratif. Les murs, en briques rouges, sont utilisés comme support et toile de fond pour de nombreuses variétés d’arbres fruitiers historiques en espaliers, notamment des pommiers, des pêchers et des abricotiers, au pied desquels sont plantés des variétés anciennes de jonquilles et de narcisses. De nombreux rosiers (sur tige, arbustifs et buissons) ainsi que les céanothes bleus, le Solanum crispum ‘Glasnevin’ aux fleurs violettes, un grand chèvrefeuille jaune et d’autres superbes plantes sont installées dans les mixed borders. Les longs canaux du jardin sont bordés par des lauriers du Portugal taillés. Les lierres sont une spécialité du jardin, car Erddig accueille la collection nationale.

Tal-Y- Cafn : Bodnant garden

Créé dans les années 1870, ce jardin, de 32 hectares, est administré par le National Trust depuis 1949. Il a été entretenu pendant plus d’un siècle par la famille Aberconway. En 1905, le second baron Aberconway décida de transformer la colline en dessous du château en une série de terrasses dans le style du XIXe siècle italien : terrasse des nénuphars, roseraie, terrasse du croquet, terrasse dite du canal. Le rock garden (jardin de rocaille), au fond de cette terrasse est planté d’une collection d’azalées et autres plantes rares. Il descend vers le bas de la propriété. La transition se fait par une allée couverte de laburnum (c’est le célèbre tunnel de cytises, planté en 1880, de 55 mètres de long, qui ploie littéralement sous des grappes d’or. On accède ainsi au jardin du bas appelé «the Dell», un vallon sauvage au milieu duquel serpente un ruisseau. Ce lieu ombragé est planté d’une imposante collection de rhododendrons parmi lesquels de nombreux hybrides créés à Bodnant. Il contient également la collection nationale de Rhododendrons forrestii.

AbergeleBryn TWR and Lynton

Il s’agit là de deux jardins mitoyens et de styles totalement différents. L’un est un « cottage garden » et l’autre est planté de façon très formelle.

D’une superficie de ¾ d’acres (moins de 5000 m2 ), « 33 Bryn TWR » est un jardin de cottage typiquement anglais.

« Lynton » était le jardin mitoyen des parents de M. Knowlson. Il est en cours de transformation pour être intégré avec le premier. Pour l’instant il s’agit d’un jardin formel avec pelouse et glycine blanche.

Llanbedr : Bryn Celyn garden

Ce petit jardin privé, de 2 acres, est composé plusieurs zones distinctes. Autour de la maison, se trouvent des pelouses entourées de «mixed borders». Au-delà on accède à un traditionnel «walled garden» contenant une collection de roses anciennes, de cistes, de lavandes de chèvrefeuilles. Il est agrémenté de topiaires et d’arbres fruitiers. Un «gazebo» (belvédère) et une pergola conduisent à un jardin méditerranéen et à un jardin boisé.

 

Northwich : Arley Hall Garden

Arley Hall Gardens sont parmi les 50 plus beaux jardins d’Europe. Le site couvre 7 Ha. Les jardins ont été créés par Rowland et Mary Egerton- Waburton en 1846. Le jardin formel d’une superficie de 8 acres (4 Ha) se situe au sud – ouest de la maison et comporte différentes zones à thème :

  •  «The clock tower» : l’accès se fait par une allée de tilleuls entrelacés conduisant à la porte dite tour de l’horloge
  • «The Flag garden» : au delà de la porte d’entrée se trouve le « flag garden » appelé ainsi à cause du dessin du dallage des allées.
  • «The Furlong Walk» : cet espace de 220 yards de long a été construit sur l’emplacement de l’ancienne allée d’accès au château. A son extrémité un mur bas surplombe le « ha-ha ».
  • The «Herbaceous border»  : Arley est célèbre pour sa fameuse double bordure d’herbacées, conçue en 1846 et longue de 201 mètres, qui s’anime de couleurs froides au printemps et de couleurs chaudes en été.
  • «The ilex avenue» : cette avenue ouvre une vue sur le parc. Elle se compose de 14 chênes verts persistants taillés en topiaires cylindriques.
  • «The kitchen garden» : le jardin potager actuel protégé par des murs a été dessiné par Mrs Zoe Ashbrook en 1990.
  • «The vinery» : au nord du jardin potager se trouve une serre victorienne de 28 mètres de long.
  • «The Grove»  : sur le côté nord – est des bâtiments se trouve the «Grove», un arboretum et jardin boisé d’environ 7 acres ( 3,5Ha).
  • « The Tea- Cottage » et la roseraie: Ils sont situés à proximité de la mixed border. Le cottage est une petite maison à colombages où l’on prenait le thé au milieu du XIXe siècle. Elle est entourée de rosiers en buissons et d’un mélange de plantes herbacées comprenant des géraniums et des campanules. On y compte une quarantaine de variétés de roses.

Le jardin est labellisé « Cheshire’s Garden of Distinction »